fbpx Dépendance et maintien à domicile : les aides de l’Etat pour les fonctionnaires | La Mutuelle MCF

Dépendance et maintien à domicile : les aides de l’Etat pour les fonctionnaires

 
L’avancée en âge est loin d’être synonyme d’entrée en maison de retraite. Rester dans son logement historique est un choix que de plus en plus de seniors assument, même en cas de dépendance. 

Le choix du maintien à domicile

Plus de 80% des Français souhaitent vieillir chez eux. Aujourd’hui, c’est plus de 60% des personnes dépendantes qui vivent à domicile et non en établissement spécialisé. Si cette solution peut comporter plus de risques qu’un hébergement en maison de retraite, elle n’en reste pas moins importante pour de nombreux seniors. Rester chez soi permet de continuer à profiter de la maison qu’on a choisie, où on a vécu, construit sa vie et ses souvenirs. Il est aussi plus confortable pour les personnes âgées de garder leurs habitudes de vie, plutôt que de les chambouler avec un déménagement, en particulier pour les personnes dépendantes. En outre, emménager en établissement spécialisé peut représenter un investissement très important (en moyenne, 2200€ par mois en EHPAD), en plus de la tristesse de quitter un lieu de vie qu’on a chéri pendant de longues années. Vivre en établissement spécialisé, c’est changer son rythme et profiter de plus d’aide et de soutien au quotidien, mais beaucoup de seniors craignent aussi de perdre leur intimité ou de renforcer leur dépendance. 
Le choix du maintien à domicile est une décision qui doit se prendre avec discernement, avec la famille et les aidants, pour garantir le bien-être des personnes dépendantes. 

Vieillir chez soi : les aides de l’Etat

Adapter son logement à l’avancée en âge peut représenter beaucoup de temps, d’énergie et d’argent : il convient d’écarter tout risque de chute ou d’accident et de garantir le maximum de confort et d’autonomie à la personne dépendante. Dans certains cas, une aide à domicile apportée par une auxiliaire de vie ou un proche aidant peut s’avérer nécessaire pour assurer les tâches du quotidien plus difficiles à accomplir. En faisant appel à de tels services, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 50%. 
Pour aménager le logement et le sécuriser, l’ANAH (Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat) propose un système de défiscalisation à hauteur de 25% du montant des travaux, plafonné à 5000€ pour les personnes seules et 10 000€ pour les couples. Les régions, départements et communes peuvent aussi soutenir le maintien à domicile en accordant des prêts, des aides ou des subventions. 
L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) est versée par le Conseil Départemental aux personnes de 60 ans et plus en perte d’autonomie. Son montant est attribué en fonction du niveau de revenus et elle peut permettre de prendre en charge certains travaux d’aménagement. 

Fonctionnaires retraités : les aides spécifiques pour le maintien à domicile

Mises en œuvre par l’Assurance Retraite, ces aides de l’Etat s’adressent spécifiquement aux retraités de la fonction publique pour favoriser leur autonomie. Un plan d’actions personnalisé est proposé, pour apporter des solutions au quotidien : aides à domicile (tâches ménagères, aide aux repas et à la mobilisation…), sécurité du logement, sorties et soutien ponctuel en cas de retour d’hospitalisation ou durant une période difficile. D’autres aides spécifiques peuvent être allouées pour adapter son logement : achat et pose de barres d’appui, travaux d’aménagement… Pour en bénéficier, il faut respecter certains critères : 
  • Etre titulaire d’une pension civile d’Etat ou ayant-cause (veuf ou veuve non remarié)
  • Ne pas dépasser le seuil de ressources fixé par l’Etat
  • Etre assimilé aux groupes iso-ressources 5 ou 6 (niveau de dépendance faible)
  • Ne pas bénéficier d’autres d’autres prestations pour la prise en charge du handicap ou de la dépendance comme l’APA
La demande doit être déposée auprès de votre caisse d’Assurance Retraite. Une fois votre dossier accepté, un professionnel sera mandaté afin d’évaluer votre situation ainsi que les services les plus adaptés. Pour plus d’informations, appelez le 3960. 

L’offre perte d’autonomie de la MCF

En cas d’impossibilité permanente physique ou psychique, la MCF vous verse une rente de 250 à 1000€ par mois. Elle est versée tant que dure la dépendance, indépendamment de toute autre prestation et est non imposable.
Vous pouvez aussi opter pour des services en sus : 
·         Téléassistance pour les personnes en dépendance faible
·         Aide juridique.
Plus d’infos ici.

Tout MCF en 1 clic

Être recontacté par un conseiller

Vous avez des questions ou souhaitez être guidé ? Remplissez le formulaire ci-dessous afin d'être recontacté par un conseiller MCF.

Format : 0141743100

En vertu de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez de la faculté d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de contrôle compétente ainsi qu’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation du traitement, de portabilité et d’opposition pour motifs légitimes aux données personnelles vous concernant. Pour exercer ce droit, merci d’effectuer votre demande auprès de : Mutuelle Centrale des Finances 5 - 7 Av de Paris, CS 40009, 94306 VINCENNES CEDEX, ou par courriel à l’adresse suivante : mcf@mutuellemcf.fr

CAPTCHA
Cochez cette case pour prouver que vous n'êtes pas un robot